The Effects of Changing Spring Temperatures on Fuel Use, Mass Loss, Emergence Time, and Chill Coma Recovery in Solitary Mason Bees (Osmia spp.).

Description
Title: The Effects of Changing Spring Temperatures on Fuel Use, Mass Loss, Emergence Time, and Chill Coma Recovery in Solitary Mason Bees (Osmia spp.).
Authors: Walinga, Charlotte P.
Date: 2016
Abstract: Repeated cold exposures and warmer winter temperatures might negatively affect insects by depleting stored fuel reserves. I researched the effects of fluctuating thermal regimes on two species of solitary mason bees (Osmia albiventris and O. lignaria) by quantifying mass loss and reserves of lipids, free sugars, and glycogen after experimental temperature treatments during early spring. In a second season, I quantified mass loss, time to emergence, and time to recover from chill coma after bees had been exposed to one of two spring-time temperature regimes. I found that warmer temperatures in combination with greater temperature variability increases mass loss and the depletion of fuel reserves. Additionally, my results suggest that accelerated bee emergence helps to mitigate mass loss. Overall, these bees appear resilient in the face of changing spring temperatures. Résumé: On sait peu sur la façon dont la variabilité environnementale affecte les abeilles solitaires sauvages. Ma recherche a étudié la façon dont les régimes thermiques fluctuants affectent la vigueur de deux espèces d'abeilles solitaires (Osmia albiventris et O. lignaria) en quantifiant la perte de masse ainsi que les réserves métaboliques (lipides, sucres libres, et glycogène) des abeilles suite à des manipulations expérimentales de la température printanière. Dans une deuxième saison, j’ai quantifié la perte de masse, le temps de l'émergence et le temps pour récupérer du coma froid après que les abeilles avaient été exposées à l'un de deux régimes de températures printanières. Mes résultats indiquent que les températures plus chaudes ont tendance à augmenter la perte de masse et des réserves métaboliques lorsqu'elles sont combinées avec une plus grande variabilité. De plus, mes résultats suggèrent que ces abeilles sont résilientes face aux températures printanières changeantes.
URL: http://hdl.handle.net/10393/34502
http://dx.doi.org/10.20381/ruor-5573
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -
Files