La reconnaissance des expressions faciales des émotions: profil de développement et utilisation des catégories émotionnelles au cours de l’enfance

Description
Title: La reconnaissance des expressions faciales des émotions: profil de développement et utilisation des catégories émotionnelles au cours de l’enfance
Authors: Maassara, Reem
Date: 2016
Abstract: Le but de cette thèse était d’étudier le développement de la catégorisation des expressions faciales émotionnelles chez les enfants francophones à l’aide de deux tâches de jugement: l’étiquetage verbal (étude 1) et le jugement à choix forcés (étude 2). Le modèle théorique ayant guidé les études était celui proposé par Widen et Russell (2003, 2010). Les résultats de la première étude ont montré une très forte correspondance entre la séquence d’utilisation des catégories émotionnelles et celle prédite par le modèle de Widen et Russell. De plus, les résultats ont généralement appuyé les prédictions du modèle en ce qui concerne les profils de développement se rapportant à l’exactitude des jugements et à la fréquence d’utilisation et l’extension des catégories émotionnelles. Enfin, la première étude a permis de recueillir des informations sur le lexique émotionnel des enfants francophones, ce qu’aucune étude antérieure n’avait fait à notre connaissance. La deuxième étude visait à vérifier si le modèle de Widen et Russell décrivait bien l’utilisation des catégories émotionnelles dans la tâche de jugement à choix forcés. Les résultats ont montré que la performance des participants était supérieure au hasard dès 3 ans et, que conformément aux prédictions, elle augmentait pour chacune des six expressions entre 3 et 8 ans. Comme le prévoyait le modèle, le nombre de catégories émotionnelles utilisées par les enfants a augmenté en fonction de l’âge. L’utilisation des catégories de joie, tristesse et colère a diminué en fonction de l’âge alors que l’utilisation des catégories de peur, surprise et tristesse a augmenté. Cependant, les prédictions du modèle en rapport avec l’extension des catégories émotionnelles n’ont été que partiellement appuyées, puisque l’extension des catégories avait tendance à diminuer entre 3 et 8 ans seulement dans le cas de la joie et de la colère. Enfin, les résultats de la deuxième étude n’ont pas appuyé la séquence d’utilisation des catégories émotionnelles prédite par le modèle.
URL: http://hdl.handle.net/10393/34415
http://dx.doi.org/10.20381/ruor-5424
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -
Files