La formation du patrimoine des Églises d'Afrique romaine Recherche des fondements théologiques

Description
Title: La formation du patrimoine des Églises d'Afrique romaine Recherche des fondements théologiques
Authors: Dupar Lalhe, Anaclet
Date: 2009
Abstract: Dans cette recherche, nous avons essayé de répondre à la question de savoir si les Églises africaines anciennes disposaient d'un patrimoine économique important et, surtout, comment elles l'avaient acquis. Le décryptage de différentes sources archéologiques, historiques et théologiques que nous avons interrogées nous a dévoilé les résultats ci-après: 1° L'existence d'un patrimoine économique pour les Églises africaines ne fait pas l'ombre d'un doute. Ce patrimoine s'est constitué au fil de temps et selon des circonstances historiques, sociales et économiques de la région de l'Afrique romaine. Moins spectaculaires pendant les persécutions, c'est-à-dire jusqu'à la première moitié du IIIe siècle, les biens économiques des Églises africaines se sont accru dans la seconde moitié du IIIe et sont devenus importants dès le début du IVe siècle. La paix ramenée en Occident à l'avènement de Constantin y avait certainement contribué. 2° Mais contrairement au patrimoine ecclésiastique de Rome, constitué essentiellement par les donations de Constantin, celui de l'Église d'Afrique provenait en majeure partie des offrandes des fidèles et des activités lucratives légitimées par les institutions ecclésiastiques africaines elles-mêmes. 3° La situation économique on ne peut plus prospère de l'Afrique, mais surtout la foi en la bonté des biens de la création, la Clementia Dei et en l'expérience pastorale du Christ - lequel disposait d'une bourse pour ses disciples -, inculquée aux chrétiens africains, ont servi de support incontournable à la constitution du patrimoine ecclésiastique africain. L'argumentaire est ainsi organise en trois chapitres de volume presque égal, selon la méthode historico-théologique. Notre objectif dans une telle étude est double. Il s'agit d'abord d'écrire le chapitre économique qui jusqu'ici faisait défaut à la vitalité flamboyante des communautés chrétiennes antiques et, ensuite, d'en trouver ou de définir le support socio-économique et théologique. Cela dans le but de contribuer, tant soit peu, aux efforts de recherche d'autonomie financière et d'élaboration d'un cadre théologique et praxiologique pour les Églises d'aujourd'hui. N'est-ce pas la réveiller à l'Église sa vocation de "Lumen gentium", dans un monde ou l'économique tend à devenir le leitmotiv de presque toutes les fibres voire institutions sociales?
URL: http://hdl.handle.net/10393/30007
http://dx.doi.org/10.20381/ruor-20029
CollectionThèses, 1910 - 2010 // Theses, 1910 - 2010
Files
NR66016.PDF12.26 MBAdobe PDFOpen