Environnement organisationnel, stress et état de santé des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada

Description
Title: Environnement organisationnel, stress et état de santé des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada
Authors: Kenny, Sandra
Date: 2013
Abstract: La santé des travailleurs constitue une préoccupation croissante. Plusieurs études démontrent des liens entre l’environnement organisationnel et la santé des employés. Les cadres n’échappent pas à cette problématique, y compris dans le secteur public. Or, peu d’études portent sur les manifestations du stress et les problèmes de santé chez les cadres. L’objectif général de cette thèse vise à dresser un portrait empirique des liens entre l’environnement organisationnel, le stress et trois manifestations de l’état de santé (santé physique, mentale et organisationnelle) des cadres en emploi. Les données transversales et autodéclarées proviennent d’une enquête pancanadienne sur les cadres supérieurs de la fonction publique du Canada (N = 2081) et sont utilisées dans les quatre volets d’analyses. Des analyses de régression multiple permettent d’abord d’évaluer les liens entre les conditions de travail rassemblées en facteurs psychosociaux de risque au travail et le stress psychologique, perçu comme une réaction préliminaire aux problèmes de santé. Ces analyses indiquent que les facteurs de risque (efforts extrinsèques, charge de travail, exigences technologiques, conflits interpersonnels) et de protection (récompenses, soutien social, sentiment de contrôle) sont associés au stress. Des analyses de régression logistique ont ensuite été effectuées afin de prédire les problèmes de santé physique. Les résultats montrent que les cadres plus âgés, occupant des niveaux exécutifs moins élevés, avec un problème d’obésité ou d’embonpoint et vivant davantage de stress, sont plus susceptibles d’avoir des problèmes chroniques de santé physique. En ce qui concerne la santé mentale, évaluée selon deux dimensions, les résultats des analyses de régression logistique valident, d’une part, que les niveaux exécutifs moins élevés, moins de récompenses et plus de stress, prédisent les niveaux élevés de détresse. D’autre part, un plus grand sentiment de contrôle, l’utilisation des compétences, moins de conflits interpersonnels et moins de stress prédisent le bien-être optimal. Finalement, les résultats des analyses de régression multiple sur l’engagement, la satisfaction et l’intention de quitter son emploi, indiquent que le soutien social, l’utilisation des compétences, le sentiment de contrôle et le stress sont liés à la santé organisationnelle. Les résultats probants contribuent de façon significative aux connaissances sur l’état de santé des cadres.
URL: http://hdl.handle.net/10393/23952
http://dx.doi.org/10.20381/ruor-6557
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -
Files