Chez moi, loin de chez moi : Paradoxes identitaires de la pétromodernité

FieldValue
dc.contributor.authorConway, Kyle
dc.date.accessioned2022-06-13T13:20:12Z
dc.date.available2022-06-13T13:20:12Z
dc.date.issued2022
dc.identifier.citationKyle Conway, “Chez moi, loin de chez moi: Paradoxes identitaires de la pétromodernité.” Collectif Quatre-Temps 1 (2022): 6–19.
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/43689
dc.description.abstractDans cette courte réflexion, je me penche sur quelques paradoxes de l’appartenance à l’ère de la pétromodernité, ou le mode de vie en Amérique du nord (et ailleurs) dont la structure dépend de la production et de la consommation du pétrole. Depuis une décennie, mes recherches portent sur un boom pétrolier qui s'est déroulé entre 2008 et 2014 dans l’État américain du Dakota du nord. Ma famille vit dans cet État, mais ce boom a remis en question la manière dont de je m’identifie à la région. J’explore donc trois paradoxes — celui de l’inscription des limites, celui du positionnement identitaire et finalement celui de la distance et du mouvement — pour expliquer pourquoi et comment j’y appartiens même si je n’y appartiens pas.
dc.language.isofr
dc.rightsAttribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/
dc.titleChez moi, loin de chez moi : Paradoxes identitaires de la pétromodernité
dc.typeArticle
CollectionCommunication - Publications

Files
2022-Chez-moi-loin-de-chez-moi.pdffichier principal2.04 MBAdobe PDFOpen


This item is licensed under a Creative Commons License Creative Commons