Médicaments psychotropes et placement sous garde à l’adolescence : les perceptions et les attitudes des intervenant(e)s

Description
Title: Médicaments psychotropes et placement sous garde à l’adolescence : les perceptions et les attitudes des intervenant(e)s
Authors: Dubuc, Émilie
Date: 2021
Abstract: Cette étude a eu pour but de mieux comprendre les perceptions et les attitudes des intervenant(e)s en justice pour la jeunesse sur l’utilisation de la médication psychotrope dans les établissements de garde pour adolescents dans l’est de l’Ontario. Afin de contextualiser ces perceptions et attitudes, nous avons exploré des sujets connexes à la question de recherche dont : les implications du travail d’intervenant(e) en justice pour jeune, les comportements des jeunes placés sous garde, le rapport des intervenant(e)s à la pharmacologie, le processus de la prescription psychotrope en établissement de garde pour jeunes, les attitudes des jeunes vis-à-vis leur(s) prescription(s) psychotrope(s), les effets qu’ont les médicaments psychotropes sur les jeunes placés sous garde puis, les stratégies pour améliorer la santé mentale des jeunes pendant et après leur placement sous garde. Trois participant(e)s ont pris part à des entretiens semi-dirigés et ont partagé leurs opinions et leurs expériences. Selon nos résultats plusieurs médicaments psychotropes sont prescrits pour la durée du placement des jeunes placés sous garde en fonction du degré de « gérabilité » des comportements des jeunes. Les médicaments seraient également prescrits pour la rentabilité de ce type d'intervention. Ces médicaments sont prescrits peu importe la présence ou l'absence d'un diagnostic de trouble de santé mentale et, selon nos données, leur usage n'est pas toujours recommandé chez les personnes âgées de moins de 18 ans. Les médicaments psychotropes ont également une multitude d'effets négatifs sur les jeunes. Ceux-ci peuvent comprendre, entre autres, des effets « trop calmants » qui rendent les jeunes moins « cohérents » et moins « fonctionnels ». Les effets des médicaments psychotropes à long terme demeurent également incertains, y compris les effets sur la réinsertion sociale et la récidive. Les intervenant(e)s ayant participé à cette étude se montrent en faveur d’une vision proactive des médicaments psychotropes à condition qu’ils soient utilisés de manière appropriée et en combinaison avec des méthodes d'intervention psychosociales. Ils et elles nous ont indiqué la pertinence de miser davantage sur les interactions humaines et sur le soutien qui est offert dans la communauté pour améliorer la santé mentale des jeunes judiciarisés. Mots clés : Médication psychotrope, établissement de garde, placement sous garde, jeunes, adolescents, intervenant(e) en justice pour la jeunesse, comportements, médicalisation, normes sociales, normalisation, « psychopharmacological society ».
URL: http://hdl.handle.net/10393/41696
CollectionL’École de service social - Mémoires // School of Social Work - Research Papers
Files
Dubuc_Émilie_2020.pdfMémoire856.88 kBAdobe PDFOpen