Expériences du processus de demandes d’asile canadien entre 2003 et 2014 : être Colombien, devenir réfugié et citoyen canadien

Description
Title: Expériences du processus de demandes d’asile canadien entre 2003 et 2014 : être Colombien, devenir réfugié et citoyen canadien
Authors: Leblanc-Martineau, Camille
Date: 2019-08-12
Abstract: L’immigration est au centre d’enjeux sociaux, politiques, économiques, juridiques et psychologiques qui affectent les rapports de pouvoir au plan national et international. Notre thèse s’intéresse aux discrédits ressentis par les demandeurs d’asile colombiens entre 2003 et 2014 au Canada. À partir de sept entretiens semi-dirigés effectués à London, Sherbrooke et Drummondville, nous avons analysé les discrédits qui auraient pu être ressentis au cours du processus d’immigration, en nous fondant notamment sur le modèle dramaturgique de Goffman. Ce modèle nous a permis d’explorer le point de vue des demandeurs d’asile dans leurs interactions avec les agents d’immigration, et de contribuer ainsi à une réflexion plus globale sur les relations des acteurs en présence dans le processus d’immigration. Nous avons montré que les discrédits ressentis diffèrent selon les étapes du processus d’immigration, en distinguant trois moments clés, soient le départ de la Colombie, les démarches du processus et l’installation au Canada, étant donné les interactions différentes qu’occasionnent ces étapes avec des acteurs du système d’immigration et de la communauté. Nos résultats soulignent que les discrédits ressentis se vivent différemment selon que les demandeurs d’asile arrivent par un point d’entrée frontalier ou par l’ambassade canadienne en Colombie, notamment en raison des conditions liées à la cueillette des documents et au dévoilement de leur récit. Nous montrons également que le processus d’immigration et les discrédits ressentis ne s’arrêtent pas aux étapes formelles avec les agents d’immigration mais se prolongent durant la période d’installation que les demandeurs d’asile ressentent comme faisant partie du processus même d’immigration. Les discrédits alors ressentis dépendent des attentes des demandeurs face aux débouchés que peut leur offrir le Canada, et donc indirectement de l’âge des demandeurs qui doivent s’insérer dans la communauté à travers un emploi, l’école et l’acquisition d’une nouvelle langue. Le cadre dramaturgique permet de souligner que les craintes des demandeurs d’asile face à d’éventuels discrédits sont surtout liées à la capacité de convaincre les agents de la crédibilité de leur récit, dans un contexte où il leur appartient de faire entendre leur voix et de prouver leur identité de demandeurs d’asile.
URL: http://hdl.handle.net/10393/39503
http://dx.doi.org/10.20381/ruor-23747
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -
Files