L’influence du statut de première génération, du parcours scolaire, et de la participation étudiante sur le succès universitaire

FieldValue
dc.contributor.authorGallien, Monic
dc.date.accessioned2016-09-01T18:55:35Z
dc.date.available2016-09-01T18:55:35Z
dc.date.issued2016
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/35113
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-5223
dc.description.abstractCette thèse évalue le succès universitaire des étudiants dits de première génération – c’est-à-dire dont les parents n’ont eux-mêmes aucune expérience des études postsecondaires – en conjonction avec l’impact des divers parcours des étudiants. En Ontario, le parcours typique est une entrée à l’université directement à la sortie du secondaire. Un parcours moins fréquent, mais qui préoccupe beaucoup le gouvernement provincial depuis quelques années, est le cheminement avec passage dans un Collège d’arts appliqués et techniques. De plus, il existe aussi d’autres parcours tels que les transferts universitaires canadiens ou les provenances internationales. Tirant parti du fait que l’Université d’Ottawa permet de faire la comparaison directe des générations et des parcours dans un même milieu éducatif, la thèse rapporte une étude préliminaire (N = 2095) et une étude principale (N = 3067). L’étude préliminaire sert surtout à évaluer la présence d’étudiants de première génération sur le campus et la ventilation par parcours. L’étude principale évalue les effets du statut de première génération croisés avec ceux du parcours sur trois mesures de succès scolaire à l’université : 1) la persévérance en deuxième année d'étude, 2) l'obtention du diplôme mesurée de manière longitudinale, et 3) la moyenne pondérée cumulative, à l'aide de régressions logistiques et d'analyses de covariance. Les principaux résultats indiquent un avantage du parcours Cégépien par rapport au secondaire Ontarien et un désavantage du parcours Collège Ontarien. Cependant, si on introduit une mesure de participation étudiante via l'Enquête nationale sur la participation étudiante comme covariable, on observe que cette variable absorbe la variance due au parcours dans la première phase d'analyse et en fait disparaître les effets. Cette absorption peut se comprendre en termes de différences de curriculum, de préparation, et d'antécédents familiaux.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.titleL’influence du statut de première génération, du parcours scolaire, et de la participation étudiante sur le succès universitaire
dc.typeThesis
dc.contributor.supervisorMercier, Pierre
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
uottawa.departmentPsychologie / Psychology
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files