Des mines littéraires : étude chronotopique de l'imaginaire minier dans les littératures abitibienne et franco-ontarienne

FieldValue
dc.contributor.authorKirouac Massicotte, Isabelle
dc.date.accessioned2016-06-07T13:44:45Z
dc.date.available2016-06-07T13:44:45Z
dc.date.issued2016
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/34828
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-6071
dc.description.abstractBien que différentes communautés ne partagent pas nécessairement les mêmes enjeux et destinées, il est néanmoins possible de relever des parentés imaginaires entre des littératures issues de cultures distinctes, comme le propose François Paré dans La distance habitée. Il en va ainsi des productions littéraires de lʼAbitibi et du Nord de lʼOntario, deux régions qui doivent en bonne partie leur existence à lʼindustrie minière. La prégnance des mines a un impact certain sur ces deux corpus, mais sans les réduire à des littératures strictement minières. Dans les œuvres à lʼétude, la mine est dotée dʼune force structurante qui lui confère une valeur chronotopique, dʼaprès le sens que lui donne Bakhtine. Nous avons recours à la typologie des mines industrielle et mythique élaborée par Christof Weiand et Kurt Rinnger, que nous rapprochons de chronotopes de lʼimaginaire minier européen. Ceux-ci, emblématiques dʼœuvres minières comme Germinal dʼÉmile Zola et Henri dʼOfterdingen de Novalis, opèrent également dans les littératures abitibienne et franco-ontarienne. À ces chronotopes sʼajoutent ceux de lʼAmérique du Nord, qui sont à notre avis les deux grandes forces structurantes des mines littéraires canadiennes : le Nord et la frontier. Enfin, le chronotope minier agit aussi sur les personnages qui sʼapparentent davantage à un « personnel », pour reprendre les mots de Philippe Hamon, car ils sont réduits à leur fonction, quʼils soient des initiés de la mine (les hommes blancs prospecteurs et mineurs) ou encore des exclus (les femmes blanches et les Autochtones). Notre analyse du chronotope minier dans les œuvres littéraires abitibiennes et franco-ontariennes permet dʼaffirmer que ces récits forment un genre en soi, délimité par un certain nombre de possibles formels, thématiques et idéologiques.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.subjectLittérature régionale
dc.subjectrégionalité
dc.subjectmines
dc.subjectchronotope
dc.subjectimaginaire du Nord
dc.subjectfrontier
dc.subjectlittérature abitibienne
dc.subjectlittérature franco-ontarienne
dc.titleDes mines littéraires : étude chronotopique de l'imaginaire minier dans les littératures abitibienne et franco-ontarienne
dc.typeThesis
dc.contributor.supervisorHotte, Lucie
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineArts
uottawa.departmentFrançais
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files