La réminiscence chez Platon: théorie de la connaissance; anthropologie; éthique

FieldValue
dc.contributor.authorPilote, Guillaume
dc.date.accessioned2016-04-29T18:58:00Z
dc.date.available2016-04-29T18:58:00Z
dc.date.issued2016
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/34591
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-5707
dc.description.abstractPlaton expose la théorie de l’ἀνάμνησις dans le Ménon, le Phédon et le Phèdre; nous soutenons que la doctrine est cohérente malgré les écarts entre ces présentations. L’interprétation de la réminiscence demande également de s’interroger sur la nature de l’innéisme platonicien, la valeur épistémologique de l’expérience et le rôle réservé au mythe. Nous traitons ces questions au travers d’une interprétation du rôle de la théorie dans chaque dialogue, en comparant chaque fois nos résultats avec les deux autres. La réminiscence vise à rendre compte des expériences suivantes : la reconnaissance de la nécessité de certaines vérités, l’utilisation de notions universelles pour décrire des réalités contingentes et la conversion spirituelle permise par un amour noble. Ces trois phénomènes sont expliqués par la remémoration d’un savoir acquis avant la naissance et oublié au moment de l’incarnation; nous n’avons pas conscience de ce savoir, mais il détermine notre expérience du monde à notre insu. Pour cette raison, la meilleure façon de décrire le statut de notre souvenir de la connaissance prénatale est de le tenir pour un archétype. Pour transformer le souvenir d’une forme en connaissance, nous devons, grâce à la dialectique, embrasser dans une définition tous les cas (réels ou hypothétiques) qui lui sont attribués; en effet, nous reconnaissons leur appartenance à cette nature en vertu du ressouvenir. L’âme affranchie du corps jouit d’une intuition plénière des réalités intelligibles, mais son statut change au moment de l’incarnation; en vertu de son rapport au devenir, elle ne peut saisir l’unité d’une forme que de façon synthétique, par le logos. La doctrine de l’anamnèse comporte ainsi, en plus de sa fonction épistémologique, une dimension anthropologique : elle implique une compréhension de l’âme humaine comme intermédiaire entre les choses sensibles et intelligibles. Par conséquent, l’anamnesis a des répercussions éthiques. En effet, la vie doit être une médiation entre ces deux ordres de réalité auxquels nous appartenons, de façon à nous conformer aux archétypes de l’excellence humaine, que nous ne pouvons ignorer sans renier une partie de nous-mêmes.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.subjectRéminiscence
dc.subjectinnéisme
dc.subjectPlaton
dc.subjectMénon
dc.subjectPhédon
dc.subjectPhèdre
dc.titleLa réminiscence chez Platon: théorie de la connaissance; anthropologie; éthique
dc.typeThesis
dc.contributor.supervisorGonzalez, Francisco
dc.contributor.supervisorBrisson, Luc
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineArts
uottawa.departmentPhilosophie / Philosophy
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files