Théodore le Lecteur et son épitomateur anonyme du VIIe s.

FieldValue
dc.contributor.authorGreatrex, Geoffrey
dc.date.accessioned2016-01-13T14:29:25Z
dc.date.available2016-01-13T14:29:25Z
dc.date.issued2015
dc.identifier.citationp. 121 - p.142 dans L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs. Dir. par Philippe Blaudeau et Peter Van Nuffelen
dc.identifier.isbn978-3-11-040923-9
dc.identifier.urihttp://www.degruyter.com/view/product/449501
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/34100
dc.description.abstractNotre étude s’intéresse en premier lieu à l’historien Théodore le Lecteur, auteur d’une Histoire ecclésiastique vers 519 qui traite de la période entre 439 et 518, dont ne subsistent que des fragments et des extraits recueillis au début du VIIe s. Au cours des vingt dernières années, Théodore a fait l’objet de plusieurs études importantes, notamment l’article de 1994 de Pierre Nautin, ainsi que le livre de Philippe Blaudeau, Alexandrie et Constantinople (451–491), et les articles de Bernard Pouderon sur les manuscrits qui transmettent les extraits de l’épitomé (ou compilation) fait(e) au VIIe s. De plus, G. C. Hansen a ajouté quelques remarques à la deuxième édition du texte de Théodore, parue en 1995. On retiendra aussi les contributions de Michael Whitby et de Warren Treadgold d’ordre plus général.¹ Le but de notre étude est de relever certains aspects du récit de Théodore, ainsi que de celui du compilateur,² afin de mieux les situer dans leur contexte et de mieux comprendre leurs approches de l’histoire profane. Il en ressortira qu’on constate une augmentation du nombre de notices consacrées à l’histoire profane au fil des quatre livres de Théodore, bien que la distinction entre l’histoire profane et l’histoire ecclésiastique ne soit pas toujours claire: doit-on considérer les manœuvres de l’empereur Anastase contre le patriarche Euphème, par exemple, ou même la guerre en Isaurie, comme de l’histoire profane ou de l’histoire ecclésiastique, étant donné que l’empereur reprochait au patriarche d’avoir collaboré avec les insurgés isauriens? Par la suite on évoquera brièvement quelques thèmes qui ressortent de l’histoire de Théodore, notamment au sujet du rôle de l’empereur. Nous poursuivrons dans un second temps en élargissant nos horizons et en comparant le sort de l’œuvre de Théodore à celui de Zacharie de Mytilène et en examinant le rôle du compilateur dans la transformation des Histoires du Lecteur.
dc.language.isofr
dc.titleThéodore le Lecteur et son épitomateur anonyme du VIIe s.
dc.typeBook Chapter
CollectionÉtudes anciennes et sciences des religions - Publications // Classics and Religious Studies - Publications

Files