Caractérisation du frisson chez l’humain et ses effets sur les comportements sensorimoteurs

FieldValue
dc.contributor.authorImbeault, Marie-Andrée
dc.date.accessioned2014-08-15T13:28:29Z
dc.date.available2014-08-15T13:28:29Z
dc.date.created2014
dc.date.issued2014
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/31461
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-6366
dc.description.abstractLa présente thèse de doctorat caractérise le frisson chez l’humain en plus d’évaluer les effets d’une exposition au froid et du frisson sur le contrôle sensorimoteur. Quatre études ont été complétées : la première a déterminé l’influence de la périphérie dans la modulation du frisson lors de changements rapides de la température environnementale, la deuxième a caractérisé le signal efférent du frisson en s’attardant à la cohérence bilatérale et entre les muscles du même côté du corps, la troisième a évalué l’effet d’une modalité d’entraînement sur le patron de frisson et la quatrième a déterminé l’effet d’une exposition locale au froid et l’effet du frisson sur la dextérité manuelle et la prise de précision (pouce-index). La première étude a déterminé que les thermorécepteurs cutanés jouent un rôle majeur dans la modulation du frisson chez l’humain puisqu’une inhibition systématique du frisson lors des périodes des expositions à 33 ºC a été observée et ce, malgré des températures de la peau bien en-dessous des températures observées en situation thermoneutres. Les résultats de la deuxième étude suggèrent que la voie réticulospinale est la voie efférente du frisson chez l’humain vue le parallèlle entre son anatomie et la coordination des signaux musculaires au niveau des deux composantes du frisson. La troisième étude suggère que la modalité d’entraînement, endurance et résistantce, n’affecte pas le patron de frisson et que l’origine de ce dernier semble inhérente au système neuromusculaire. La quatrième étude a observé que les effets néfastes du froid semblent être liés à la nature de la tâche. Somme toute, le frisson chez l’humain semble avoir un effet détériorant tant sur le contrôle sensorimoteur, dû aux tremblements, que sur le contrôle postural du tronc et des bras, dû à la généralisation des bouffées demandant une activation musculaire additionnelle.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.subjectFrisson
dc.subjectDextérité
dc.subjectContrôle sensorimoteur
dc.titleCaractérisation du frisson chez l’humain et ses effets sur les comportements sensorimoteurs
dc.typeThesis
dc.faculty.departmentSciences de l'activité physique / Human Kinetics
dc.contributor.supervisorBilodeau, Martin
dc.degree.namePhD
dc.degree.leveldoctorate
dc.degree.disciplineSciences de la santé / Health Sciences
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineSciences de la santé / Health Sciences
uottawa.departmentSciences de l'activité physique / Human Kinetics
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files