Politique et guerre dans l'oeuvre de Raymond Aron

FieldValue
dc.contributor.authorMessier, Francois
dc.date.accessioned2013-07-24T17:25:03Z
dc.date.available2013-07-24T17:25:03Z
dc.date.created2013
dc.date.issued2013
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/24349
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-3122
dc.description.abstract« La guerre est simplement la poursuite de la politique par d’autres moyens » : c’est la formule la plus célèbre de Clausewitz. Veut-elle dire que la guerre est un instrument du politique, un de ses moyens, comme le soutiennent certains ? Ou plutôt, comme le soutiennent d’autres, veut-elle dire que la guerre doit, par nécessité, être soumise au politique afin d’en contenir les débordements ? La réponse tient, c’est l’hypothèse principale qui se situe au cœur de ce travail, dans la conception aronienne du politique qui unit une forme de réalisme politique (les rapports entre les hommes et les sociétés sont fondés sur les conflits d’intérêts et d’idées, sur la puissance et la force) et une forme d’idéalisme à consonance kantienne (par-delà la puissance et la force, la raison demeure une fin ou un idéal régulateur qui demeure à l’horizon de la coexistence des êtres humains). Si, pour Aron, la guerre est inévitable, elle n’abolit pas –sauf les cas où elle devient « totale » – le politique car, selon lui, elle n’occupe pas tout l’espace. Le primat du politique est donc réaffirmé même en situation de guerre. Mais plutôt qu’une véritable « continuation » de la politique par la guerre, faisant de celle-ci un instrument de celui-là, il faudrait envisager ici une autre manière d’affirmer ce primat, fondé sur une sorte de « lien de nécessité » : l’inévitable phénomène qu’est la guerre ne peut être laissé à lui-même, il doit nécessairement être encadré par le politique afin d’éviter tout débordement. Toutefois, cet encadrement n’offre aucune garantie et, à la fin, cette absence de garantie, qui n’a rien à voir avec un scepticisme désespéré, propose un pari sur une raison incertaine mais résiliente : «si nous ne parions pas sur la raison, sur quoi allons-nous parier ? »
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.subjectAron
dc.subjectPolitique
dc.subjectGuerre
dc.subjectIdéalisme
dc.subjectRéalisme
dc.subjectRépublicanisme
dc.subjectLibéralisme
dc.subjectClausewitz
dc.subjectRelations internationales
dc.subjectÉtat
dc.titlePolitique et guerre dans l'oeuvre de Raymond Aron
dc.typeThesis
dc.faculty.departmentÉtudes politiques / Political Studies
dc.contributor.supervisorLabelle, Gilles
dc.embargo.termsimmediate
dc.degree.namePhD
dc.degree.leveldoctorate
dc.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
uottawa.departmentÉtudes politiques / Political Studies
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files