Discrimination et reconnaissance des expressions faciales émotionnelles chez l’enfant

FieldValue
dc.contributor.authorGagnon, Mathieu
dc.date.accessioned2013-07-24T17:12:01Z
dc.date.available2013-07-24T17:12:01Z
dc.date.created2013
dc.date.issued2013
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/24345
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-3111
dc.description.abstractLes expressions de peur et de dégoût sont reconnues plus tardivement et avec plus de difficulté que les autres expressions émotionnelles. Bien que plusieurs auteurs se soient penchés sur la reconnaissance des expressions faciales, peu d’études ont examiné spécifiquement le décodage de ces expressions. Dans le cadre de cette thèse, nous nous sommes intéressés au développement du décodage de ces expressions, en considérant deux aspects complémentaires: la discrimination visuelle et la reconnaissance. Ces derniers furent évalués à l’aide d’une série de trois études, utilisant des représentations photographiques d’expressions faciales ainsi que des méthodes sollicitant peu les habiletés verbales. Nos résultats de la première étude indiquent que les enfants de 10 ans reconnaissent mieux les expressions faciales de peur et de dégoût que ceux de cinq ans. Toutefois, cette différence se limitait à des contrastes spécifiques : dégoût-colère, peur-surprise et peur-tristesse. Les résultats de la seconde étude montrent que les expressions de peur et de dégoût sont très bien discriminées sur le plan visuel des autres expressions dès l’âge de 5 ans. Certains gains de performance furent observés entre cinq et 10 ans, mais ils étaient modestes comparativement à ceux de la première étude. Les enfants avaient plus de difficulté à distinguer entre les expressions de dégoût et de colère qu’entre les expressions de dégoût et celles de tristesse, peur et surprise Les résultats de la troisième étude indiquent que, dès 5 ans, les enfants sont capables de reconnaître la peur à partir de combinaisons d’unités d’action localisées dans la région des yeux ou de la bouche. De plus, ils montrent qu’ils parvenaient à reconnaître le dégoût à partir d’une seule unité d’action située dans la partie centrale du visage (nose wrinkler). Les combinaisons d’unités d’actions de la peur qui étaient situées dans la région des yeux avaient plus tendance à être confondues avec celles de surprise, comparativement à celle situées dans la région de la bouche.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.titleDiscrimination et reconnaissance des expressions faciales émotionnelles chez l’enfant
dc.typeThesis
dc.faculty.departmentPsychologie / Psychology
dc.contributor.supervisorGosselin, Pierre
dc.embargo.termsimmediate
dc.degree.namePhD
dc.degree.leveldoctorate
dc.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
uottawa.departmentPsychologie / Psychology
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files