L’esprit des institutions : le problème de la médiation institutionnelle dans la théorie critique contemporaine

FieldValue
dc.contributor.authorMartin, Eric
dc.date.accessioned2013-01-10T21:17:10Z
dc.date.available2013-01-10T21:17:10Z
dc.date.created2013
dc.date.issued2013
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/23638
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-6313
dc.description.abstractHegel réinscrit l’idée d’autonomie kantienne au sein d’une totalité organisée par des médiations qui constituent le sujet et lui livrent un contenu normatif venant mettre en forme sa pratique et lui assigner sa signification et sa place au sein du processus de reproduction de la société. La philosophie substitue à la morale abstraite une éthicité concrète (Sittlichkeit) objectivée au sein de médiation institutionnelle (l’esprit objectif). Cette conception incarnée de la moralité, exprimée par Hegel dans la Philosophie du droit sera l’objet d’une critique sévère par le marxisme au nom de l’émancipation de la puissance instituante de la société civile et des sujets, si bien que bon nombre d’interprètes contemporains de Marx le présentent comme un individualiste, un naturaliste et un économiciste. La théorie critique contemporaine, chez Axel Honneth, s’est-elle aussi repliée sur une conception naturaliste et intersubjectiviste de la théorie de la reconnaissance, puisée chez le jeune Hegel, où l’amour, l’amitié et la reconnaissance réciproque sont présentés comme des préalables à l’établissement d’une relation de communication, et servent de modèle pour penser l’ensemble du lien social. À l’encontre de ces approches, notamment à l’aide des travaux de Vincent Descombes et du sociologue québécois Michel Freitag, je cherche à revaloriser l’institutionnalisme hégélien et son concept d’esprit objectif. J’illustre aussi, avec Moishe Postone, comment toute théorie critique contemporaine doit, si elle espère réellement développer une critique des sociétés capitalistes avancées, pouvoir retrouver en Marx un penseur de la totalité et des médiations aliénées ou fétichisées (la forme-valeur) et articuler à la critique de la médiation des rapports sociaux par le travail abstrait une revalorisation de des médiations symboliques et politico-institutionnelles, de l’esprit objectif, en tant que seule la transcendance d’une dimension de sens objectivée peut suppléer à la régulation des rapports sociaux par la forme aliénée propre à la valeur abstraite. La revalorisation du concept d’esprit objectif hégélien, c’est-à-dire du pôle d’objectivité normative instituée, m’apparaît l’une des conditions sine qua non pour réorienter la théorie critique vers la dialectique qui, seule, lui évitera les écueils de l’intersubjectivisme, du dualisme et du nominalisme.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.subjectHegel
dc.subjectesprit objectif
dc.subjectMichel Freitag
dc.subjectMoishe Postone
dc.subjectdialectique
dc.subjectsymbolique
dc.subjectthéorie critique
dc.subjectinstitution
dc.subjectmédiation
dc.subjectholisme
dc.subjecttotalité
dc.subjectAxel Honneth
dc.titleL’esprit des institutions : le problème de la médiation institutionnelle dans la théorie critique contemporaine
dc.typeThesis
dc.faculty.departmentÉtudes politiques / Political Studies
dc.contributor.supervisorLabelle, Gilles
dc.contributor.supervisorMoggach, Douglas
dc.embargo.termsimmediate
dc.degree.namePhD
dc.degree.leveldoctorate
dc.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
uottawa.departmentÉtudes politiques / Political Studies
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files