Économie politique de la coopération entre l’Afrique et la Chine - Analyse institutionnelle de la stratégie des acteurs : les cas du Sénégal et du Gabon

FieldValue
dc.contributor.authorBanyongen, Élie S.
dc.date.accessioned2012-10-01T12:49:47Z
dc.date.available2012-10-01T12:49:47Z
dc.date.created2012
dc.date.issued2012
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/10393/23351
dc.identifier.urihttp://dx.doi.org/10.20381/ruor-6097
dc.description.abstractL’intérêt des chercheurs pour les relations entre la Chine et les États africains s’est fortement développé ces dernières années. De nombreuses études ont analysé les grands changements macroéconomiques entre la Chine et l’Afrique, en mettant l’accent par exemple sur le volume des échanges, le rôle des ressources naturelles, la géostratégie, etc. Toutefois, les chercheurs ont négligé deux aspects déterminants, que cette thèse met au centre de son analyse : 1) la dimension politique des relations entre la Chine et l’Afrique, plus précisément l’examen des mécanismes d’extraversion des régimes africains visant à instrumentaliser les opportunités économiques de cette coopération afin de pérenniser leur pouvoir. Aspect qui démontre l’impact des relations croissantes avec la Chine sur la destinée des régimes politiques autoritaires et des régimes en voie de démocratisation en Afrique. 2) la dimension nationale, voire subnationale des relations entre la Chine et les États africains. Au lieu de prendre l’État comme objet d’analyse, ce qui empêche d’avoir une compréhension étendue de ces relations, cette thèse analyse en profondeur des rapports entre, d’une part, le gouvernement et les entreprises chinois, et d’autre part, la société civile et le milieu des affaires avec le gouvernement chinois dans deux pays : le Sénégal et le Gabon. Conséquemment, plutôt que de se limiter à la collecte de données `macro’, cette recherche a procédé à étude de terrain approfondie afin d’établir un rapport entre la présence chinoise (fait structurant) et la réorganisation rapports au sein des régimes politiques étudiés (variable dépendante). Cette thèse procède à une décomposition à la fois des transformations politiques provoquées par les activités économiques chinoises dans ces deux pays d’Afrique, et de l’utilisation politique que les acteurs institutionnels des régimes du Gabon et du Sénégal font de ces apports extérieurs. Notre thèse démontre que la réappropriation de la coopération chinoise par les élites politiques gabonaises et sénégalaises vise le même objectif, qui est la pérennisation du pouvoir. Toutefois, les stratégies des acteurs politiques en vue d’accroître leur pouvoir divergent d’un régime à l’autre. La configuration institutionnelle de chaque pays impose aux acteurs des opportunités et des contraintes différentes selon la nature du régime politique.
dc.language.isofr
dc.publisherUniversité d'Ottawa / University of Ottawa
dc.subjectAfrique
dc.subjectChine
dc.subjectéconomie politique
dc.subjectressources minières
dc.subjectrégimes politiques
dc.subjectpétrole
dc.subjectjeu et stratégie des acteurs
dc.subjectsociété civile
dc.titleÉconomie politique de la coopération entre l’Afrique et la Chine - Analyse institutionnelle de la stratégie des acteurs : les cas du Sénégal et du Gabon
dc.typeThesis
dc.faculty.departmentÉtudes politiques / Political Studies
dc.contributor.supervisorJourde, Cédric
dc.embargo.termsimmediate
dc.degree.namePhD
dc.degree.leveldoctorate
dc.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
thesis.degree.namePhD
thesis.degree.levelDoctoral
thesis.degree.disciplineSciences sociales / Social Sciences
uottawa.departmentÉtudes politiques / Political Studies
CollectionThèses, 2011 - // Theses, 2011 -

Files